Your browser does not support script


 

 

 

 

 


 

 

WP3S-3.1

Changes and perspectives of human mobilities in euro-Mediterranean area

Workshop


Mutations et perspectives des mobilités humaines
dans les espaces euro-méditerranéens

Changes and perspectives of human mobilities in euro-Mediterranean area

 

28-30 septembre 2009, Rabat, Maroc


  •  

 

Workshop organisé par Dipartimento di Scienze Antropologiche (Università degli Studi di Genova)
& le Centre Jacques Berque pour les études en sciences humaines et sociales

 

Le but principal de notre projet est de dresser un état des connaissances scientifiquement satisfaisantes concernant le développement et les changements des divers types de mobilités humaines. Ceci pourrait permettre de dépasser les malentendus et les idées fausses dans ce champ de recherche afin d'en esquisser les perspectives en mesure de guider la création d'un network de chercheurs et d'une Ecole d'été internationale itinérante parmi les universités des pays Euromed, Ecole comme institution qualifiante pour des doctorants et post-doctorants.

Nous accordons donc une attention particulière à la conception même de «mobilités humaines» faisant recours à une perspective interprétative pluridisciplinaire qui s'efforce d'être a-évaluative, non prescriptive et sans mystification d'objectivité. En particulier, tout aspect sera abordé avec l'effort de conjuguer diachronie et synchronie, micro et macro et la comparaison.

Quelques questions théoriques

Les mobilités des êtres humains sont à l'origine même de la formation de la vie en société et des changements de celle-ci. Les déplacements à courte, moyenne et longue distance, individuels, en petits et en grands groupes, parfois de populations entières se sont toujours produits pour multiples raisons, consciemment ou le plus souvent inconsciemment vécues par les protagonistes. L'intensification et la variété des mobilités ont suivi constamment le développement de certaines attentes et se sont affirmées surtout par l’effet des sollicitations et des possibilités que les favorisent. L'espace politique de l'empire romain sollicitait les interactions économiques et culturelles entre les diverses sociétés locales du monde euro méditerranéen. Les pèlerinages, animés non seulement par des motivations religieuses, sont devenus l'un des plus importants types de mobilité. Avec la Renaissance le "nouveau" entrelacement entre dynamique politique, essor économique, innovations scientifiques et technologiques et capacités militaires, provoque un nouveau développement de la mobilité humaine. L'économie monde qui s'affirme après la découverte des Amériques fait partie de la dynamique politique constituée par l'interaction de toutes les sociétés de la planète, soutenue par l'accroissement des communications et des transports, mais pas toujours favorable à toutes les mobilités. En effet, le développement de presque toutes les sociétés s’est nourri des mobilités humaines qui ont fourni à la fois les acteurs les plus entreprenants et la main d’oeuvre dans toutes sortes d’activités

Depuis les années quatre-vingt du XX siècle, les migrations des Sud vers l'Europe sont beaucoup plus réduites de celles entre les Sud et de celles vers l'Amérique du Nord. En meme temps les «tourismes» acquièrent des dimensions de masse, les pèlerinages religieux se confondent avec le tourisme culturel de masse et semblent parfois plus libres que les migrations pour raisons économiques ou à la recherche de changer de vie.

La littérature portant sur les mobilités humaines est très vaste mais parfois assez biaisée par des raisonnements cloisonnés et par des schémas et catégories qui renvoient à des paradigmes figés des sciences humaines et en particulier d'une sociologie dominée par le positivisme. Au contraire, les migrations comme tous les autres types de mobilités humaines peuvent etres pensées comme un fait social total car elles touchent tous les aspects qui concernent la vie matérielle et mentale de chaque individu et des cercles sociaux dont il fait partie. Il s'agit là d'un fait qui relève de ce que, en accord avec Weber, est la duplicité du comportement humain, a-rationnel et rationnel, et tout d'abord son irréductible recherche de la liberté de comportement, d'agir et de se déplacer.

Les représentations des migrants ont souvent oscillé entre celles destinées aux classes subalternes sinon aux colonisés et celles des pionniers, des aventuriers, des élites des diasporas qui ont été les artisans du développement capitaliste partout dans le monde. A ces représentations correspondent les catégorisations négatives ou positives des migrants selon les conjonctures favorables ou défavorables et selon les orientations intéressées, humanitaires ou hostiles de ceux qui les adoptent. Penser les migrations comme l'un des types de mobilité humaine destinée à s'intensifier grâce à la globalisation en particulier dans le monde euro méditerranéen pourrait permettre de dépasser les schémas interprétatifs figés. En effet, les effets conjoints ou simplement superposés de l'élargissement de l'Union européenne, des accords Euromed et du développement de la globalisation (dans tous les domaines) s'ajoutent à une multiplication des interactions entre les sociétés locales de cette région qui pourrait favoriser un processus d'hybridation politique

et culturelle bien plus important de ce que jusqu'à présent a été perçu. Bien au-delà des limites plutôt réduites imposées par des visions particularistes ou fermés à causes des effets immédiats d'une conjoncture défavorable (i.e. à cause du prohibitionnisme, du protectionnisme, des «guerres de civilisations») il est peut-être possible un processus qui va bien au-delà de l'imagination biaisée par les contraintes d'une gestion du présent. Ainsi, à travers l'analyse rigoureuse des divers types de mobilité humaine on peut apercevoir une dynamique qui dépasse ces contraintes et ces limites non pas pour ignorer les coûts humains que ceux-ci provoquent mais pour mieux comprendre que ces coûts sont le prix immense payé par des femmes et des hommes animés par une force extraordinaire -le plus souvent impensé- qui est l'aspiration à la liberté d'agir.

Dans le contexte du développement néo-libéral globalisé, les mobilités humaines sont devenues et seront de plus en plus importantes car directement connectées aux différentes influences des mobilités économiques, des savoirs et de toutes sortes de communications (voir les réflexions sur les circularités, la transnationalisation, les contaminations, etc.). Cela renvoie à la nécessité de développer quelques réflexions théoriques dans la critique de la littérature existante: revoir les perspectives interprétatives et d'analyse valorisant l'importance du frame qui est caractérisé tout d'abord par les mutations dans l'organisation politique de la société à toutes les échelles, donc l'importance du jeu entre diachronie et synchronie, micro et macro et la comparaison. Penser donc les mobilités humaines comme l'effet des multiples interactions provoquées par la «deuxième grande transformation». On peut alors esquisser une sorte de typologie des mobilités dont il faut établir l'état des connaissances et les perspectives de recherches:

- les migrations au sens traditionnel qui continuent à se produire avec nombre de similitudes avec celles du passé aussi bien dans leur genèse que dans leurs devenir à courte, moyenne et longue distance, individuellement ou en groupe, par des chaînes migratoires, comme norias ou changements définitif de pays, reproduisant le jeu de la bilatéralité des références et de la réversibilité des choix, les adaptations continuelles, les dynamiques économiques, sociales, politiques et culturelles les plus disparates;

- les déplacements dus aux nouvelles destructions ou déstructurations des sociétés de départ (guerres, désastres naturels, etc.) et le renouveau des migrations à la recherche du salut;

- les déplacements comme effets de la globalisation des activités économiques, du développement des transports, des communications et des savoirs;

- les déplacements presque perpétuels surtout de jeunes à la poursuite de nouvelles expériences etc.;

- les déplacements temporaires pour "faire des expériences de vie partout là où il est possible et attrayant;

- les déplacements quotidiens et hebdomadaires (à courte distance au sein des grandes agglomérations urbaines pour travail, shopping, loisirs, affaires);

- les nouvelles migrations internes des zones rurales à la ville ou d'une province à un autre d'un même pays;

- les déplacements des militaires et des policiers (de l'Etat et de sociétés privées --voir missions militaires ou de coopération),

- les changements dans les représentations médiatiques des mobilités humaines;

- les mutations dans le développement des sociétés urbaines en relation avec l'intensification des nouvelles mobilités et la formation d'une sorte d'Économie-monde des agglomérations urbaines.

Une attention particulière mérite la mobilité des jeunes des pays pauvres et des pays riches sur toutes les distances et pour toutes les raisons.

Rappelons: tous les pays tendent à devenir terres de migrations internes, d'immigration, d'émigration et de transit et dans tous les pays il y a une tendance à adopter des pratiques prohibitionnistes et le jeu de la "porte tournante". En meme temps, les norias «postmodernes», les comportements de la «postérité inopportune» (i.e. des jeunes issus de l'immigration tout comme des enfants des couches les moins favorisées de toutes les sociétés), les effets de la destruction «non créatrice» qui ne concilie pas la prospérité avec la postérité, méritent une attention majeure dans les recherches sur les mobilités humaines.

 

Liste des participants

(provisoire)

- Walter Baroni (Un. de Gênes): ""Le discours interculturel. Caractères de genre et effets de pouvoir"

- Fabienne Brion, Un. Catholique de Louvain, “Contre la défense culturelle. De la discrimination positive à la decriminalisation”

- Sylvaine Camelin (Un. Paris X): "Trajectoires de femmes aux Émirats Arabes Unis"

- Zoubir Chattou (Ecole Nationale d'Agriculture Meknès): “Mutations dans les migrations marocaines depuis la fin des années 1970”

- David Juan (CJB)

- Edogué Jean-Louis (CJB)

- Silvia Finzi, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Tunis, “Reflexions sur les recherches historiques sur les migrations”

- Manuel Delgado Ruiz, Departament d 'Antropologia Social Universitat de Barcelona, «Les études sur la migrations en Espagne. Un bilan et une certaine réflexion»

- Ottavio Giannini, Université de Genova, “Le vidéo-documentaire ethnographique”

- Marcello Maneri (Un. Milano-Bicocca): "Medias et guerre aux migrations"

- Adele Miranda (Un. de Naples): “Migrations dans la Méditerranée, migrations de la Méditerranée”

- Dalila Nadi (Zentrum Moderner Orient) : "Recherches socio-anthopologiques et migrations"

- Salvatore Palidda, Università degli Studi di Genova

- Michel Peraldi (directeur du CJB)

- RAHMI Ahlame (CJB)

- M'hammed Sabour (University of Joensuu, Finland): "les Mobilités des personnes hautement qualifiées"

- Isabel Schäfer (Humboldt University Berlin) : Hybrid identities of Muslim migrants between Europe and the Mediterranean

- Francesca Scrinzi (Un. de Glasgow) : Migration, service domestique et rapports sociaux de sexe : qu'en est-il des hommes dans la division internationale du care?

- Juan David Sempere Souvannavong (Universidad de Alicante) : “Evolution du paysage migratoire de l'Espagne de 1991 et 1999 à nos jours»

- Tommaso Tintori (Un. Genova) : "Les interactions dans le monde euro-méditerranéen à travers les sports (en particulier les supporteurs du football)"

 

Ce workshop est l'un des 5 prévus par le Work Package 3S 3.1 du Réseau d'excellence Ramses² "Mutations et perspectives des mobilités humaines dans les espaces euroméditerranéens" (http://ramses2.mmsh.univ-aix.fr). Les quatre autres concernent: "Art & Migrations. Sabato (Simon) Rodia and Art And the Watts Towers of Los Angeles, workshop avec l'UCLA de Los Angeles, Genova, 2-5 Avril 2009 (resp. Dal Lago); "Les Pèlérinages" , 22-23 Octobre 2009, Aix-en-Provence (resp. D. Albera); "Les expressions artistiques des jeunes dans l'espace euro-méditerranéen", à Genova 2010 (resp. F. Rahola et G. Suzanne); "Les mutations dans villes euro-méditerranéennes entre la fin du XX et le début du XXI siècle", 2010, Genova (resp. Palidda).

 

Copyright  2009 - Ramses? - Tous droits r?erv?